Quelles sont les causes de l'autisme ?

L'autisme se dit d'un trouble chronique qui se caractérise par une altération qualitative des interactions sociales, des problèmes de communication, ainsi qu'un trouble de comportement spécifique. Il consiste pour la personne atteinte de la maladie à disposer d'un répertoire d'intérêts et d'activités restreint, répétitif et stéréotypé. Aujourd'hui encore, les causes de ce trouble restent plus ou moins mystérieuses malgré les recherches. Certaines hypothèses sont tout de même à relever.

L'autisme : une combinaison de plusieurs facteurs

Il est une idée fausse que de penser que l'autisme est lié aux caractéristiques psychologiques des parents. Les scientifiques sont unanimement d'accord sur ce fait. À la place, il faut savoir que la maladie peut être le résultat d'une combinaison de plusieurs facteurs. La génétique constitue notamment un premier facteur à prendre en compte. En effet, les chercheurs scientifiques avancent qu'il y a un risque de 3 à 4 % qu'un deuxième enfant autiste naisse dans une famille qui serait déjà concernée. Qualifié de trouble neuro-comportemental précoce, le trouble a également un lien avec le développement cérébral et le développement du comportement. Le problème au niveau cérébral apparaît en particulier pendant la phase de formation des réseaux neuronaux et des connexions. Enfin, l'environnement qui intervient à un stade précoce du développement et pendant la grossesse de la mère peut également se présenter comme étant une autre cause. Ce peut être donc lié à la prise de médicament ou encore à l'existence de maladies génétiques.

Lien probable de l'autisme avec l'hormone

Autisme

Le fait que l'autisme soit quatre fois plus fréquent chez les garçons que chez les filles laisse à penser qu'il y a de fortes chances que l'origine du trouble soit liée au facteur hormonal. Il y a notamment une hypothèse qui avance une « masculinisation » du cerveau. Selon les chercheurs, celle-ci serait le résultat d'une action de la testostérone et du chromosome Y qui inhiberait les potentiels de communication de la personne touchée. C'est ce qui va notamment conduire à l'enfermement de l'autiste dans son monde à lui. Toujours selon les chercheurs, le déclenchement de cette action nocive des hormones se ferait dès le stade fœtal, sinon plus tard dans le développement. Si l'hypothèse est confirmée, le dépistage d'un excès d'hormones mâles pendant la grossesse serait possible. Un traitement de l'enfant pourrait même être envisagé.

L'hypothèse liée aux causes physiologiques

Les causes physiologiques de l'autisme ont été recherchées par des scientifiques californiens. Le principal objet de la recherche se situe sur le périmètre crânien du bébé à sa naissance ainsi que lors des premiers mois de sa vie. Selon leurs observations, la tête de ces enfants était apparemment un peu plus petite comparée à celles de la moyenne des autres enfants. En ce qui concerne leurs cerveaux toutefois, une phase de développement accéléré par rapport à la normale est également identifiée. Et ce au point de dépasser la taille de ceux d'autres enfants la première année. Un lien de causalité entre l'autisme et ces différentes observations n'est jusque-là pourtant pas encore identifié. Néanmoins, les résultats de l'observation demeurent une piste exploitable qui pourrait permettre éventuellement de dépister la maladie.